Contactez-nous

Société Savoisienne d’Histoire et d’Archéologie

Fondée en 1855 et reconnue d'utilité
publique par décret du 8 octobre 1881

Etudes

Chronologies

QUELQUES DATES
Préhistoire et protohistoire Présence de l'homme de Néandertal vers -50 000. Les premières communautés d'agricultures sédentaires du Néolithique s'installent vers -5 000. A la fin de l'âge du bronze (-1 350 / -800) se développe la métallurgie et les cités lacustres. A lâge du fer des cavaliers éleveurs s'installent dans les plaines, d'autres peuples (Ceutrons, Médulles) se développent dans les montagnes. Au IVe siècle av j-c les Gaulois (Allobroges) commencent à coloniser la Savoie. 
Antiquité romaine La romanisation de la Savoie se fait dès le Ier siècle. Romaine jusqu'au début du Ve siècle, date d'implantation des Burgondes. 
Le haut Moyen Âge La Sapaudia devient Burgonde puis passe sous domination Carolingienne. 
Début du XIème siècle Apparition d'une principauté sur les deux versants des Alpes sous l'égide de la Maison de Savoie (Chablais, Aoste, Chambéry, Suse, Belley).
XVème siècle

Les comtes de Savoie deviennent ducs (1416). Le duché de Savoie s'étend de part et d'autre des Alpes des portes de Lyon à l'ouest à celle de Milan à l'Est, des portes de Berne et de Fribourg au nord à la Méditerranée au sud.

XVIème siècle Le duc de Savoie perd définitvement Vaud et Valais, puis la Bresse et le Bugey. Rupture des relations avec Genève. Occupation de la Savoie et du Piémont par les Français durant trente ans. La crise va durer jusqu'au milieu du XVIIe siècle.
1713
Le duc de Savoie Victor-Amédée II devient roi de Piémont-Sardaigne. Annexion du Piémont oriental. Il lance le premier cadastre en Europe à des fins fiscales (suppression des privilèges) et nationalise l'enseignement.
1748 Fin de huit années d'occupation espagnole. La Savoie connaît une période de croissance économique (construction de routes et de ponts, progrès en agriculture sous l'influence de la physiocratie, création de Carouge au sud de Genève, début du développement d'un tourisme thermal et montagnard). La Savoie est ouverte aux idées nouvelles avec l'implantation de la franc-maçonnerie et la suppression par le pouvoir royal des droits féodaux. Sous l'influence de Rousseau qui réside à Chambéry entre 1732 à 1742, la Savoie apparaît à l'étranger comme un un paradis de la beauté et de l'innocence. Entre 1745 et 1790, le duché passe de 300 000 à 400 000 habitants.
1792-1799 La Savoie est annexée par la République française. Persécutions religieuses. La vente des biens nationaux bouleverse l'équilibre social. A brève échéance, la Révolution n'amène que des ennuis. La Savoie rompt avec le Piémont. Annecy connaît un développement industriel après le départ des ordres religieux.
1799-1815 Napoléon Ier rétablit l'ordre politique, économique et social. Construction des routes du Simplon, du Mont-Cenis et de la Faucille. Environ 20 000 Savoyards meurent lors des campagnes militaires. Le département du Léman réunit provisoirement Genève et la Savoie du Nord et il permet aux Savoyards de venir s'installer à Genève.
1815-1848 Rétablissement de la monarchie sarde, avec une tendance nette à l'isolement culturel, à une réaction policière et cléricale. A l'exception du tourisme, le protectionnisme provoque la stagnation économique. La croissance démographique fait passer le duché à 550 000 habitants en 1848.
1848-1860 La Savoie découvre le régime parlementaire mais s'oppose à la politique italienne et anticléricale de Cavour. Les Savoyards participent à la Première puis à la Seconde Guerre d'Indépendance italienne dans les rangs de l'Armée piémontaise (San Martino en 1859) ainsi qu'à la campagne de Crimée aux côtés des Français et des Anglais (1855). Le duché de Savoie connaît une grave crise économique.
1860-1870 La Savoie devenu française rompt ses relations avec le Piémont et le Val d'Aoste pour profiter des générosités de Napoléon III. Essor des chemins de fer (une première ligne fut ouverte dans les années 1850) conforté par l'ouverture du tunnel du Fréjus favorisant ainsi le tourisme mais l'économie locale souffre du libre-échangisme. Un mouvement pro-helvétique secoue la Savoie du Nord. Création d'une zone franche en Savoie du Nord.
1870-1900 La Savoie qui languit économiquement passe au républicanisme radical et anticlérical même si la ferveur religieuse demeure. L'enseignement primaire se généralise, une classe moyenne apparaît. Le progrès des chemins de fer favorise l'implantation d'une communauté italienne importante. La bourgeoisie se découvre une nette passion pour l'histoire local (développement des sociétés savantes). L'émigration définitive se systématise.
1900-1914 un net réveil économique permet la naissance de l'hydroélectricité et donc de l'électrométallurgie et l'électrochimie (Ugine, Chedde, etc.) avec des initiatives et des capitaux étrangers à la Savoie. Une droite libérale et un centre démocrate-chrétien apparaissent. La séparation de l'Eglise et de l'Etat ainsi que la fermeture des couvents et des établissements congréganistes ne modifient guère les habitudes locales. Les radicaux sont doublés sur leur gauche par les socialistes.
1914-1918 La Savoie ne connaît ni invasion ni destruction mais elle perd néanmoins 18.000 jeunes. Les usines ont profité de la guerre alors que l'agriculture en a beaucoup souffert. La Savoie atteint son minimum démographique avec seulement 450.000 habitants vers 1920.
1919-1939 Apparition des sports d'hiver (Chamonix, Megève) le développement de l'automobile favorise un tourisme vert estival. La grande zone franche de Savoie du nord est supprimée, réduite à une petite tranche frontalière.
1939-1945 En juin 40, la Savoie est attaquée à l'ouest par les Allemands et à l'est par les Italiens qui occupent la Haute Maurienne et la Haute Tarentaise et pensent même annexer toute la province. En novembre 1942, la province passe toute entière sous l'occupation italienne remplacée en septembre 1943 par l'occupation allemande jusqu'à l'automne 1944. Les juifs réfugiés ici seront pris au piège en 1943 avec la seule solution de passer en Suisse. En 1944, la poussée de la résistance provoque le désastre des Glières mais aussi du Chablais et des Bauges. La Maurienne est ravagée par les Allemands en retraite et pendant tout l'hiver 1944-45, les Français attaquent les Allemands et les fascistes italiens sur la crête des Alpes. Au printemps 1945, les Français occupent la vallée d'Aoste qu'ils pensent un moment annexer.
1945-1965 Grande période du développement des barrages (Tignes, Roselend) et des grandes stations de sport d'hiver (Tignes, Courchevel, La Plagne ,Val d'Isère), le thermalisme s'ouvre aux classes moyennes et populaires, reconstruction de la Maurienne et de Chambéry, la modernisation à outrance des conditions de vie se fait au détriment du patrimoine, la population ne cesse dorénavant de croître surtout en Haute-Savoie (en 1965, elle atteint 700.000 habitants dont 450 000 dans le seul département d'Annecy) . Les frontaliers savoyards travaillant à Genève se multiplient.
1965-2000 Les sports d'hiver s'étendent aux villages de moyenne altitude, la Savoie se dote enfin d'une université, le pays vire définitivement à droite ( la Haute-Savoie vers le centrisme démocrate-chrétien et la Savoie vers le gaullisme), la vie rurale se réduit et se réduit de plus en plus à l'élevage laitier, au maïs et à la vigne. La circulation transfrontalière se développe (tunnels routiers du Mont-Blanc et du Fréjus). Même si la Haute-Savoie se tourne de plus en plus vers la Suisse et la Savoie sur l'axe Lyon-Turin, une tendance régionaliste et même autonomiste (anti-française, anti-parisienne, anti-lyonnaise) se développe. La population des deux départements atteint presque un million d'habitants à la toute fin du siècle (dont les deux tiers en Haute-Savoie). Les grands problèmes sont dorénavant les alternatives aux industries de l'électricité (qui disparaissent progressivement) et au monopole de l'or blanc, la défense des paysages, l'équilibre dans les relations transalpines.

 

Librairie en ligne Adhésion
Agenda des Conférences
& Cours Publics

DERNIÈRE PUBLICATION
DE LA SSHA